4 – Des liens, des livres …

(Septembre 2009)

 

BlackLight Power de l’Université Rowan

Auteurs : Dr Randell L. Mills (chimiste), Dr. Peter Jansson – Rowan University.

Coordonnées : BlackLight Power Inc, 493 Old Trenton Rd.  Cranbury, NJ 08512 – Rowan University, 201 Mullica Hill Road, Glassboro, New Jersey.

Principe : Libération d’énergie par des processus chimiques inédits, liés à des états atomiques inconnus de l’atome d’hydrogène.

Réalisations : Plusieurs prototypes, et montages de recherche. Des réacteurs de 1000 et 50 000 Watt sont en cours de validation. Des licenses commerciales devraient être négociées prochainement avec des producteurs privés d’énergie aux USA (centrales énergétiques de plusieurs centaines de MWatt).

Observations : Le principe physique fait intervenir une chimie inédite. Avec l’appui et la caution de l’université de Rowan, le procédé de blackligth power pourrait prendre rapidement un essor inattendu. Website : http://www.blacklightpower.com/.

 

Orbo technology – Production d’énergie via des aimants tournants

Auteur : Steorn Enterprise

Position : Plusieurs prototypes réalisés et en cours d’étude par un panel de scientifiques. La société Steorn prévoit la commercialisation dès 2009-2010, de systèmes basés sur sa technologie. Des licences sont d’ores et déjà proposées aux industriels intéressés : http://www.steorn.com/enterprise/ & http://www.steorn.com/orbo/licensing/.

Principe : Contourne le principe de conservation de l’énergie, en jouant sur la « transaction différée de l’interaction magnétique ». Deux astuces sont mises en œuvre : le contrôle de la réponse magnétique en positionnant les éléments de manière judicieuse ; le découplage de la force électromotrice inverse du moment de torsion, durant l’interaction des électro-aimants. 

Réalisation : Plusieurs démonstrateurs et prototypes réalisés.

Observations : Une démonstration publique en 2007 a échoué lamentablement, en jetant le discrédit sur la technologie. Depuis, la société s’est faite plus discrète. Si la technologie Orbo tient ses promesses, il est fort possible qu’elle soit une des premières à être mise (prochainement) sur le marché.

 

VSG (Vallée Synergetic Generator) – La synergétique de René-Louis Vallée

Auteur : Professeur René-Louis Vallée (19xx – 2007), ancien ingénieur de Saclay, physicien nucléaire au CEA – Etude reprise ensuite par son fils Franck et d’autres chercheurs.

Position : Théorie physique –Le montage réalisé par Eric Hoker dans les années 70, aurait montré un dégagement d’énergie quatre fois supérieur à l’énergie en entrée. Des tests ont été menés par Jean-Louis Naudin en 1995.

Principe : La matière serait un état particulier des fluctuations de l’énergie du vide. Utilisation d’atomes de carbone, qui placés dans des conditions particulières d’instabilité se transforment et émettent des électrons. Lors de la réaction le carbone n’est pas détruit, mais transmuté temporairement en bore radioactif. Capture PROTELF ( PROTon – ELectron Fusion).

Réalisations : Montages de Eric Hoker. Tests de Jean-Louis Naudin qui n’avaient pas pour but de rechercher la sur-unité. Travaux repris par son fils Franck, en cours de développement d’un prototype.

Observations : Conceptuellement très séduisant bien qu’en rupture avec les idées scientifiques dominantes. La théorie prévoit l’émission de particules béta. Le dispositif peut être adapté à différents usages, de la grosse unité industrielle à la petite pile du commerce. Travaux intéressants à suivre.

  

Autres sources d’infos…

– En Français, un des rares livres qui circule est celui d’une journaliste américaine Jeane Manning. Le titre : « Energie libre et technologies« . Malgré plusieurs envolées lyriques et quelques imprécisions scientifiques, ce travail de compilation et d’enquêtes est intéressant à plus d’un titre. Il témoigne entre autres de l’étonnante vitalité de la recherche sur cette question. La base de données jointe, implique des acteurs institutionnels parfois importants, universités, groupements de recherche, grande compagnies énergétiques, colloques internationaux, revues, etc. Bref, le phénomène est connu, étudié, calibré… mais pour autant ne franchit pas la barrière du grand public et des cénacles politiques ou industriels. La faute à qui ? Je vous le demande. Si vous m’avez bien lu, vous devriez pouvoir répondre… À l’étude, on s’aperçoit que les inventeurs sont bien souvent des ingénieurs, des chercheurs, des gens éduqués et cultivés qui n’ont rien du fantaisiste échevelé ou du naïf indécrottable. Et cependant ça ne passe pas ! Pour X raisons, les sociétés humaines sont parfois amenées à vivre des comportements irrationnels. Pour ceux qui en douteraient encore, qu’ils relisent leur cours d’histoire.

  • Manning (Jeane), Energie libre et technologies, éditions Louise Courteau, 2001.
    traduction de « The coming energy revolution »

 – Avant de vous précipiter sur les forums, on peut débuter sa recherche avec les sites de compilation. Il y en a de très complet en Français, comme l’entrée « Quant’homme » de Jean & Bernadette Soares qui est devenu la grande référence francophone – et au-delà – en la matière. Ce sont eux les référents, puisque le sujet est déserté par les médias et que la science n’a rien d’intéressant à raconter sur la question. Faites aussi un tour sur les sites anglais de « Padrak« , « Keely » ou « Beaty« . Le site de « Padrak » a tenté une classification des énergies frontières selon des critères alliant la pertinence économique et l’état d’avancement des travaux. Les forums sont parfois décevants, et la qualité varie avec la valeur des intervenants. Comme toujours, attention à la confusion des genres, restez vigilant, vous venez de franchir la frontière du scientifiquement raisonnable.

– N’oubliez pas non plus de visiter le site incontournable du Français Jean-Louis Naudin. Ce chercheur indépendant, subventionné par des financiers Suisses, s’intéresse avec talent et succès à toutes les technologies underground, qu’il évalue avec habileté et l’honnêteté d’un grand scientifique. Jean-Louis Naudin a donné ses lettres de noblesse à l’effet Biefield-Brown, qui, il y a peu était encore classé dans la catégorie des pseudo-sciences. Comme quoi – pour ceux qui en douteraient encore – tout n’est pas à jeter dans la contre-culture. Il est connu internationalement et a reçu la visite de Kofi Annan, alors qu’il était président en exercice de l’ONU. Ce sont des personnages de cette trempe qui font réellement avancer la science, tant il est vrai que la recherche, ce n’est pas seulement prolonger les artères déjà existantes, mais aussi prendre les chemins de traverse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s